25 juillet 2013

High School Woofing in California

Après avoir traversé la baie de San Francisco sur l’eau (Golden Gate Ferry) puis sous l’eau (Bart - RER local) me voici arrivé à Oakland. En venant de San Francisco, arriver à Oakland (notamment le bas de la ville) c’est un peu comme passer des Champs-Elysees à Barbés. Trente minutes de marche me permettent de sentir un peu la ville. It’s a high way to the top, comme disait ACDC, la maison de Patrick jouxte le réservoir de la ville sur ses lointaines hauteurs.
Pat conclut une semaine de vacances avec son père et nous partons célébrer son départ le lendemain dans un pub irlandais de Berkeley. C’est scène ouverte ce soir, plus de 25 musiciens enchainent les solos ou les morceaux collectifs de vieilles chansons irlandaises tandis que je me délecte d’un Garden Burger et d’une bière locale.
Après une nuit réparatrice et un petit déj pantagruelique (omelette, melon, cassis, toast, ..) nous partons en voiture à Concord (30 minutes avec Grateful Dead à fond dans les HP ça passe vite !) où se trouve le lycée professionnel (Mt Diablo High School) dans lequel Patrick enseigne les sciences de l’environnement et gère le jardin pédagogique dans lequel nous allons travailler. 
Le jardin d’une dizaine de planches de 10 mètres de long accueille ces temps-ci des cultures de tomates variées, courgettes, poivrons, haricots, pommes, poires, oranges et citrons et des fleurs notamment des rosiers. Ce jardin va bientôt doubler de surface mais les travaux sont encore en cours.
Ce lycée est fréquenté par 1500 élèves de classe populaire et de forte diversité. Il est à 95 % autonome en énergie solaire. 

Nous passerons ainsi deux jours à remettre le jardin en état avec Patrick, stakhanoviste de la binette ;) : nettoyage des tomates, amendement des sols (avec le compost des déchets de la cuisine de l’établissement mais aussi avec du compost de fientes de poules ), désherbage, pose de nouveaux tuyaux d’irrigation (bien sur ici les cultures sont irriguées, bizarrement il ne veut pas pailler ...alors que ceci permettrait de limiter l’évaporation vu les chaleurs locales ...).
Bref, une courte immersion dans un processus pédagogique intéressant (environnement, cuisine et santé sont au centre d'un programme HEAL : Healthy Eating Active Living) sans parler de la richesse du temps de partage et de rencontres avec un californien de coeur et ses proches. 

1 commentaire:

Isbel a dit…

Super!! Merci Jean Jaques pour ces voyages par procuration, c'est vrai que le Patrick a la tête de l'emploi, on l'imagine sans mal dans un pub irlandais... Voila qui rafraîchit la canicule parisienne!!